Café-séminaire à venir

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
Institut des Sciences Analytiques et Physico-Chimique pour l'Environnement et les Matériaux (IPREM)

Contact

IPREM*

Technopôle Helioparc

2 avenue P. Angot

64053 Pau Cedex 9

* pour connaître les autres adresses, rendez-vous à la page "Localisation"

 

Accueil

8h30-12h00 / 13h30-17h00

Tél : 05 40 17 50 00

Nous écrire (contact-iprem @ univ-pau.fr)

 

Direction de l'unité

Directeur : Ryszard Lobinski (ryszard.lobinski @ univ-pau.fr)

Directeur adjoint :  Hervé MARTINEZ (herve.martinez @ univ-pau.fr)  

PDF
Vous êtes ici :

Café-séminaire à venirvendredi entre 13h et 14h dans l'amphithéâtre de l'IPREM

Ce Vendredi !

Nastassia Urien

Post-doc - Université du Québec

nous présente:

" Potentiel de l’approche de répartition subcellulaire dans l’amélioration du suivi des risques toxiques des métaux chez les organismes aquatiques."

Biographie:

Nastassia Urien a obtenu son doctorat en écotoxicologie à l’Université de Lyon (France) en 2015. Elle réalise actuellement un post-doctorat à l’INRS (Institut national de la recherche scientifique), à Québec, sous la supervision de Patrice Couture et de Peter G. C. Campbell. Ses activités de recherches portent, entre autres, sur l’exploration de nouvelles approches afin de mieux évaluer les problèmes liés à la contamination métallique et leurs impacts sur les organismes aquatiques.

 

Résumé:
Nastassia Urien, Peter G. C. Campbell, Patrice Couture
[INRS-ETE, Université du Québec, 490 de la Couronne, Québec, QC G1K 9A9, Canada]


Dans les milieux aquatiques, les organismes peuvent être exposés à une multitude de contaminants parmi lesquels les métaux. Ces derniers sont des éléments non biodégradables, qui peuvent être accumulés par les organismes et induire des effets toxiques. Néanmoins, la réponse toxique dépend fortement de leur comportement intracellulaire, c’est-à-dire selon qu’ils se lient à des biomolécules ou organites et en perturbent le fonctionnement, ou bien qu’ils soient détoxiqués, par exemple via leur complexation par des ligands cytosoliques ayant un rôle de séquestration. Ainsi, on peut considérer que la répartition subcellulaire des métaux reflète les processus internes survenant lors de leur accumulation et offre de précieuses informations quant à leur potentiel toxique pour les organismes.
Dans ce contexte, l’objectif de ce projet est d’explorer le lien entre la présence de métaux dans des compartiments subcellulaires spécifiques et les effets toxiques associés, ceci afin de contribuer à l’amélioration de l’évaluation du risque toxique des métaux dans l’environnement, qui se base le plus souvent sur de simples mesures de concentrations en métaux totaux dans les tissus.
Pour ce faire, des meuniers noirs (Catostomus commersonii), poissons d’eau douce abondamment présents au Canada, ont été prélevés dans des lacs situés en aval d’un rejet métallique minier, et dans un lac de référence. Les poissons ont été sacrifiés, puis leur foie prélevé afin (i) d’isoler différentes fractions subcellulaires en appliquant une méthode basée sur des étapes de centrifugations différentielles et de dénaturation par la chaleur, et ensuite de mesurer la concentration de métaux (As, Cd, Cu, Se et Zn) dans chaque fraction par ICP-MS, et (ii) de mesurer différents biomarqueurs, comme des indicateurs du métabolisme énergétique ou des capacités antioxydantes des cellules.
A partir de ces informations, nous considérons comment la connaissance des ligands intracellulaires des métaux peut améliorer notre compréhension de leurs mécanismes d’action, mais aussi du potentiel de l’approche de répartition subcellulaire à contribuer à l’amélioration du suivi des effets environnementaux des métaux. Nous aborderons également les limites et défis de cette approche, et discuterons des directions de recherche futures pour son amélioration.